Actualités

Essai de la Mercedes-Benz C350 4Matic Coupé 2013

Essai routier – Mercedes-Benz C350 4Matic Coupé 2013

Sherbrooke – Canada. La semaine dernière, CritiqueAutomobile.com vous a présenté l’essai routier de la Mercedes-Benz E300 4Matic 2014. J’ai bien aimé la voiture, mais je trouvais qu’elle manquait un peu de «piquant». Or, cette semaine, c’est la C350 4Matic Coupé qui m’a été donné d’essayer. Je peux vous confirmer que le «piquant» qui manquait dans l’autre se retrouve en grande quantité dans celle-ci. En effet, j’ai eu beaucoup de plaisir à conduire la C350 Coupé.

2013-Mercedes-Benz-C350-coupe-avant-Critique-AutomobileLes Points Positifs :

1. Agrément de conduite sensationnel : C’est simple, dans la Mercedes C350 Coupé 2013 tout est rigide. Cependant, il s’agit à mon sens d’une très bonne chose, puisque cela permet d’obtenir une sensation de conduite sport hors du commun. Avec son volant plutôt rigide et sa suspension ferme, la C350 Coupé a tout pour plaire aux amateurs de voitures sport. Toutefois, les gens qui sont à la recherche d’une voiture plus confortable risquent de trouver la voiture un peu trop ferme, puisque la rigidité de la suspension fait en sorte que les imperfections de la route se font sentir. Or, les gens qui correspondent au profil typique des amateurs de sensations seront comblés avec le mode Sport de la C350 Coupé 4Matic 2013. Le moteur V6 de 3.5 litres générant 302 chevaux présent dans celle-ci la fait passer de 0 à 100 km/h en 6 secondes.

2. Excellent support fourni par les sièges avant : 2013-Mercedes-Benz-C350-coupe-côté-Critique-AutomobileLes sièges baquets offerts avec la C350 Coupé représentent un bon mélange entre sportivité et confort. Effectivement, ceux-ci permettent au conducteur (et au passager avant) d’être bien supportés lors des virages serrés et des tracés en lacets, tout en fournissant un confort raisonnable durant les plus longs voyages. Après tout, la voiture reste une Mercedes-Benz. Cependant, j’ai l’impression de découvrir une nouvelle facette de la marque avec la Classe-C Coupé. En effet, sans compter les modèles AMG de la gamme, il me semble que c’est une des rares fois où je peux affirmer qu’une Mercedes-Benz affiche un caractère plus axé sur la dynamique de conduite que sur le confort.

3. Performance du système 4Matic : Le système de traction intégrale de Mercedes-Benz fonctionne en parfaite harmonie avec le reste de la mécanique de la C350 Coupé. En effet, lors des virages serrés, le système 4Matic n’hésite pas à ajuster le pourcentage de traction qu’il applique à chacune des roues, afin d’éviter des pertes d’adhérence. De cette façon, le véhicule ne cherche jamais à déraper de façon imprévisible. Certains déplorent le fait que le système 4Matic ne puisse pas être désactivé, mais à mon avis, celui-ci ne fait qu’aider la C350 à obtenir de meilleures performances.

2013-Mercedes-Benz-C350-coupe-arriere-2-Critique-Automobile4. Qualité d’assemblage irréprochable : À l’extérieur de la C350 Coupé 2013, une attention a été apportée au moindre détail, provoquant une qualité d’assemblage sans reproche. Cela demeure le cas lorsque nous entrons dans l’habitacle de la voiture. En plus d’utiliser des cuirs et d’autres matériaux de première qualité, Mercedes-Benz porte encore une fois une attention particulière en ce qui a trait aux détails de l’assemblage du cockpit. Par exemple, la molette qui sert à augmenter ou diminuer le son du système audio (qui est en passant d’une qualité exemplaire lorsque l’option harman/kardon est sélectionnée) est parfaitement bien calibrée, ni trop ferme ni trop légère. Aussi, j’ai bien aimé les surpiqures rouges présentes dans l’habitacle de la C350 que j’avais à l’essai. Ce sont ce genre de petits détails qui justifient le fait de payer plus pour une voiture.

2013-Mercedes-Benz-C350-coupe-interieur-Critique-AutomobileLes Points à Améliorer :

1. Espace limité à l’arrière : On ne se le cachera pas, un coupé est généralement fait pour asseoir quatre personnes que sur papier. La Mercedes C350 Coupé n’échappe pas à cette affirmation. En effet, bien que le fabricant ait placé deux sièges à l’arrière du véhicule, ce n’est que moyennant quelques acrobaties qu’un passager peut espérer aller s’y asseoir. L’espace pour se rendre aux sièges de derrière est assez restreint, tout comme l’espace pour la tête et les jambes l’est lorsque nous y sommes assis. Cependant, puisque les acheteurs potentiels de la Classe-C Coupé priorisent probablement plus le style et les performances que la commodité, je ne crois pas que cet aspect les arrête.

2. Consommation d’essence décevante : Encore une fois, je ne crois pas que ce point soit dissuasif pour ceux qui envisagent de se procurer une C350 Coupé, mais je tiens à le préciser quand même, puisque derrière cet aspect à améliorer se confirme un point positif du véhicule. Il faut dire que je n’ai pas fait d’efforts marqués pour économiser du carburant lors de mon essai de la C Coupé. Je crois que le mode Eco n’était jamais activé plus que deux secondes consécutives, soit le temps de sélectionner le mode Sport après avoir démarré la voiture. La C350 Coupé 2013 est si agréable à piloter qu’on en oublie pratiquement sa consommation d’essence. Ainsi, même si Mercedes avance que la sportive prend 10.7 litres aux 100 kilomètres en ville, ma consommation n’est pas descendue en deçà de 15 litres.

Mercedes-Benz Classe-C Coupé 2013 En Bref :2013-Mercedes-Benz-C350-coupe-arriere-Critique-Automobile

Prix de départ : 40 800$

Modèle essayé : Mercedes-Benz C350 4Matic Coupé 2013

Prix du modèle essayé : 56 845$

Consommation d’essence moyenne annoncée : 9.2 litres aux 100 kilomètres

Motorisations disponibles : 4 cylindres 1.8 litre turbo 201 chevaux/V6 3.5 litres 302 chevaux/V8 6.2 litres 451 chevaux

Coffre : 450 litres

Note globale : 8.5/10

-

CritiqueAutomobile.com

Si vous avez trouvé cet essai constructif et enrichissant, pourquoi n’en faites-vous pas profiter vos proches en le partageant?

 

À propos de Mathieu Fortin

Mathieu Fortin
Passionné d'automobile depuis son plus jeune âge, Mathieu a fondé CritiqueAutomobile.com en 2012, et il en a été éditeur en chef jusqu'à maintenant. À ce jour, celui-ci a aussi été propriétaire de deux sites web anglophones liés à l'automobile, lui conférant un cumulatif de plus de deux ans d'expérience en tant que chroniqueur automobile.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas diffusée. Champs requis *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>